« L’AECG ? » – Episode 3

Dans l’attente de notre prochain événement, voici le 3è épisode de « L’AECG ? » où nous allons voir les avantages qu’il apportera pour chaque secteur d’activité. Et n’oubliez pas de continuer à vous inscrire pour le déjeuner/conférence en présence de spécialiste sur le sujet, le 27 mai au Hilton Québec ow.ly/wCAYW

 

Image

Voici certains des secteurs qui seront les plus avantagés par la mise en place de l’AECG :

Fabrication de pointe : Dès son entrée en vigueur, l’AECG éliminera la grande majorité des tarifs existants de l’UE sur les produits de la fabrication de pointe, comme les pièces et l’équipement électriques (jusqu’à 14%) et les appareils médicaux (jusqu’à 8%).

 

Industrie automobile : Le secteur de l’automobile est un élément clé de l’économie canadienne qui emploie plus de 115 000 Canadiens hautement qualifiés dans l’ensemble du pays. L’industrie canadienne de l’automobile dépend beaucoup du commerce puisque environ 85% de la production automobile est exportée chaque année. L’Accord de libre-échange entre le Canada et l’Europe offre au secteur automobile de nouveaux débouchés sans précédent et permettra de faire augmenter de beaucoup les exportations vers l’Europe. L’élimination des tarifs assortie de règles d’origine souples profitera aux fabricants de véhicules et de pièces d’automobiles.

Les producteurs canadiens de pièces automobiles auront un important avantage par rapport à leurs concurrents des autres pays puisque ce secteur sera couvert par l’accord, mais également parce que l’accord éliminera les tarifs de l’UE sur les pièces automobiles

De plus, l’Accord de libre-échange entre le Canada et l’Europe contient des dispositions axées sur l’avenir qui prévoient l’ajustement des règles d’origine, de façon à offrir une plus grande souplesse au cas où l’UE conclurait des ententes de libre-échange avec d’autres pays.

 

Produits chimiques et plastiques : Le Canada a une industrie prospère des produits chimiques et des plastiques dont la valeur atteint plusieurs milliards de dollars. Cette industrie apportait 12,4 milliards de dollars à l’économie canadienne et est fortement axée sur l’exportation puisque 55% de la production est exportée. Les exportations canadiennes de produits chimiques et de plastiques vers l’UE étaient en moyenne de 2 milliards de dollars par an entre 2010 et 2012.

Dès son entrée en vigueur, l’Accord de libre-échange entre le Canada et l’Europe éliminera immédiatement les tarifs de l’UE sur tous les produits chimiques et les plastiques. Partout au Canada les travailleurs de l’industrie des produits chimiques et des plastique profiteront des nouveaux débouchés que créera l’accord.

 

Agriculture et agroalimentaire : Le secteur canadien de l’agriculture et de l’agroalimentaire employait plus de 585 000 Canadiens en 2012. Les exportations agricoles du Canada vers l’UE étaient en moyenne de 2,5 milliards de dollars entre 2010 et 2012.

Dès l’entrée en vigueur, presque 94% des lignes tarifaires deviendront exemptes de droits. Ces mesures et d’autres réductions tarifaires pour le secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire seront particulièrement avantageuses pour l’Alberta, la Saskatchewan, le Manitoba, l’Ontario et le Québec.

 

Transformation des aliments : La transformation des produits agricoles en aliments et en boissons constitue une partie importante de l’industrie agricole et agro-alimentaire du Canada ainsi qu’un sous-secteur clé de la fabrication. En 2012, l’industrie de la transformation des aliments a ajouté 26,5 milliards de dollars au PIB du Canada. Les transformateurs canadiens partout au Canada transforment principalement des produits agricoles en produits à valeur ajoutée qui sont consommés, vendus et appréciés dans le monde entier. Entre 2010 et 2012, la valeur des exportations canadiennes de produits et boissons transformés vers l’UE atteignait en moyenne 536,0 millions de dollars.

L’Accord de libre-échange entre le Canada et l’Europe éliminera immédiatement les tarifs existants de l’UE sur les aliments et les boissons transformés, ce qui rend ces articles de calibre mondial plus compétitifs et crée des conditions propices à une augmentation des ventes vers l’UE.

 

Foresterie et produits du bois à valeur ajoutée : Le Canada est le principal exportateur mondial de bois d’œuvre résineux, de papier journal et de pâte de bois, et le cinquième exportateur mondial de panneaux de bois. Cette industrie compte pour une part importante de l’économie canadienne, en ajoutant 20,2 milliards de dollars au PIB du Canada en 2012 et en employant environ 235 000 Canadiens. De 2010 à 2012, la valeur des exportations canadiennes de produits forestiers vers l’UE atteignait en moyenne 1,2 milliard de dollars par an. Ces exportations sont visées par des tarifs moyens de 1,2%, le tarif maximum étant de 10%.

Dès qu’il entrera en vigueur, l’Accord de libre-échange entre le Canada et l’Europe éliminera immédiatement les tarifs sur tous les produits forestiers.

 

Métaux et produits métalliques : Le Canada est un géant mondial de l’exploration minérale et de l’exploitation minière, qui produit plus de 60 minéraux et métaux sur son territoire et qui compte des exploitations dans 100 pays du monde. L’industrie des métaux et des minéraux a ajouté près de 144,1 milliards de dollars au PIB en 2012 et elle employait plus de 387 000 Canadiens. Le Canada a exporté 20,4 milliards de dollars en métaux et en produits minéraux vers l’UE en moyenne annuelle entre 2010 et 2012.

Dès son entrée en vigueur, l’Accord de libre-échange entre le Canada et l’Europe éliminera les tarifs existants de l’UE sur les métaux et les produits minéraux. Les tarifs éliminés sont ceux qui visent le fer et l’acier et les produits qui en sont faits (jusqu’à 7%). L’accord donnera un avantage concurrentiel à l’industrie, ce qui avantagera à la fois les travailleurs des zones urbaines et des régions rurales, d’un océan à l’autre.

 

Poisson et fruits de mer : Le Canada possède l’une des plus précieuses industries de pêche commerciale du monde, qui a ajouté plus de 2,2 milliards de dollars au PIB du Canada en 2012 et donné environ 41 000 emplois aux Canadiens. La valeur des exportations de poisson et de fruit de mer du Canada vers l’UE était en moyenne de 400 millions de dollars par an entre 2010 et 2012. Ces exportations sont visées par des tarifs moyens de 11%, le maximum pouvant atteindre 25% dans l’UE.

Dès l’entrée en vigueur, presque 96% des lignes tarifaires de l’UE visant le poisson et les fruits de mer deviendront exemptes de droits. 100% de ces lignes tarifaires deviendront exemptes de droits 7 ans après, ce qui rendra ces produits de calibre mondial plus compétitifs et ce qui créera des conditions propices à l’augmentation des ventes.

 

Technologies de l’information et des communications (TIC) : L’industrie canadienne des TIC se compose principalement de petites entreprises, a ajouté 8,3 milliards de dollars au PIB du Canada en 2012 et il employait environ 86 500 Canadiens. La valeur des exportations canadiennes de produits des TIC vers l’UE était en moyenne de 1,7 milliard de dollars par an entre 2010 et 2012.

Dès son entrée en vigueur, l’Accord de libre-échange entre le Canada et l’Europe éliminera immédiatement tous les tarifs existants de l’UE sur les produits de TIC. Avec ses grappes diversifiées du secteur des logiciels, du sans-fil et des médias numériques qui se retrouvent dans presque toutes les régions du Canada l’industrie des TIC, ses entreprises innovatrices et ses travailleurs du savoir partout au Canada, profiteront du nouvel accès au marché obtenu grâce à l’accord.

 

Services : Le secteur des services est vital pour l’économie canadienne. Le Canada est l’un des plus grands exportateurs de services au monde et il possède un important savoir-faire dans des domaines très divers. Le secteur des services employait plus de 13,6 millions de Canadiens et comptait pour 70% de l’ensemble du PIB en 2012, ce qui en fait le plus grand secteur au Canada.

Le marché de l’importation des services de l’UE totalisait 664,5 milliards de dollars en 2011. Les services exportés par le Canada vers l’UE s’élevaient en moyenne à 14,5 milliards de dollars par an de 2010 à 2012, avec en tête les services de gestion, les services de recherche-développement, les services d’architecture, de génie et autres services techniques.

Les exigences relatives à la citoyenneté ou à la résidence, les obstacles au droit de séjour temporaire et les restrictions visant la propriété et l’investissement peuvent tous constituer des barrières à l’exportation des services. Ces barrières seront abaissées ou éliminées avec l’Accord de libre-échange entre le Canada et l’Europe ce qui avantagera directement les entreprises et les travailleurs de partout au Canada.

Dès son entrée en vigueur, l’accord établira un accès privilégié et une plus grande transparence du marché des services de l’UE, ce qui se traduira par un meilleur accès au marché, un accès plus sûr et prévisible dans les domaines intéressant le Canada.

Toutes les provinces et tous les territoires du Canada profiteront d’une réduction des barrières au niveau des services.

 

Investissement : L’investissement direct connu d’entreprises canadiennes dans l’UE totalisait 180,9 milliards de dollars à la fin de 2012, ce qui représente 28,5% de l’investissement direct canadien à l’étranger. La même année, l’investissement direct connu d’entreprises européennes au Canada totalisait 171,5 milliards de dollars, ce qui représente 24,1% de la totalité de l’investissement étranger au Canada. Le chapitre l’Accord de libre-échange entre le Canada et l’Europe sur l’investissement donnera aux investisseurs canadiens et à ceux de l’UE, plus de certitude, plus de stabilité, de transparence et de protection pour leurs investissements, tout en préservant tous les droits des gouvernements de légiférer et de réglementer, dans l’intérêt public. Il en résultera davantage d’investissements bilatéraux, ce qui aidera à créer des emplois et favorisera la prospérité à long terme des Canadiens.

 

Achats gouvernementaux : Les travailleurs au Canada qui sont employés dans des domaines comme le génie, l’architecture et la technologie profiteront d’un plus grand accès aux marchés publics de l’UE, qui est estimé à 2,7 billions de dollars par an. L’accord donnera aux fournisseurs canadiens de produits et de services un accès sûr et privilégié aux marchés publics, leur offrant ainsi d’importants nouveaux débouchés d’exportation.

L’Accord de libre-échange entre le Canada et l’Europe donnera des possibilités plus nombreuses et plus sûres aux entreprises canadiennes d’offrir leurs produits et leurs services aux trois principales institutions au niveau de l’UE (la Commission de l’UE, le Parlement européen et le Conseil de l’UE), aux 28 États membres de l’UE et aux milliers d’administrations publiques régionales ou locales de l’UE, ainsi qu’aux entités du secteur des services publics.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s